Logo Assemblée nationale

 

J’attire l’attention de Monsieur le Ministre de l’éducation nationale sur les difficultés rencontrées par de nombreux enseignants, en raison d’un système d’affectation et de rapprochement des conjoints très compliqué.

En effet, le plus souvent, l’obtention de l’examen ne signifie pas la prise de poste à proximité du domicile. Bien au contraire. Les jeunes, en particulier, sont affectés dans des établissements distants, provoquant des déménagements et éloignements avec leur famille. En outre, le système de rapprochement est très peu efficace. C’est un chemin de patience et d’endurance. Or à l’heure où ce Gouvernement a décidé de s’attaquer sérieusement à la question de l’accompagnement des enfants en difficultés, au niveau des CP et CE1 notamment, il faut mobiliser les meilleurs enseignants. Beaucoup d’entre eux sont en disponibilité pour des raisons purement pratiques. Ils pourraient reprendre leur enseignement si on facilitait leur rapprochement entre leur lieu de travail et leur famille. À bien des égards, le système est injuste et la gestion des personnels à revoir. Les intéressés sont livrés, sans aucune aide, ni accompagnement, à leur désarroi. C’est pourquoi je demande à Monsieur le Ministre de l’éducation nationale de bien vouloir me préciser ses intentions en la matière.

http://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-1550QE.htm

  1. Szarzynski says:

    Madame la Députée ,
    Professeure des écoles , 26 ans de bons et loyaux services, je suis actuellement prisonnière de mon département de la Marne parce que déficitaire en enseignants. Mon mari, militaire, a été muté à Nîmes le 1er août et se retrouve à vivre dans un 13m2 comme célibataire géographique parce que je n’ai pas obtenu le sésame de sortie , le fameux exeat ! Nous sommes tous les deux au service de notre Nation, mais celle-ci ne semble pas prendre soin de ceux qui oeuvrent pour elle ! Je ne demande pas de privilège mais simplement vivre en famille. Entre les gardes, les missions à l’étranger (la prochaine Opex étant fin janvier 2018 au Tchad) , vigipirate… nous aspirons simplement à vivre ensemble.
    C’est un cri d alarme que je lance car le pire est de ne pas savoir quand, dans combien d’années ce calvaire finira ! J’aime mon métier, je suis très investie dans la collectivité (1ere adjointe au maire, déléguée communautaire et… je suis déçue du manque de respect de nos institutions.
    J attends donc avec impatience la réponse à votre question à l’Assemblée Nationale . Cordialement

  2. Baudon says:

    Merci madame Liso de penser à nous, nous sommes si nombreux à enseigner dans de mauvaises conditions… pour ceux qui le peuvent encore… beaucoup baissent les bras : démissionnent, demandent une disponibilité, d’autres en sont malades… nous souffrons de ces affectations lointaines et du peu d’espoir de les faire changer.
    J’aimerais que la réponse de notre ministre soit rapide et bienveillante à notre encontre.

  3. Je dirais plutôt que c’est un parcours du combattant, épuisant, injuste.
    Nous sommes face à des gens obtus qui nous considèrent comme des numéros et non comme des êtres humains avec une vocation, une famille, une santé, qu’ils usent.
    Même en ayant un mari muté, avec des pbs de santé, fonctionnaire (autre ministère), impossible d’obtenir mon exeat alors que mon inéat était accordé!! Des mois de démarches, d’appels au secours, épuisants, avec toujours la même réponse: vous pourrez participer aux permutations en nov 2017. Encore heureux!
    Nous sommes utiles à aucun élève et remplacés par des vacataires qui n’ont aucune formation! Cela ne gêne ni les recteurs, ni le gouvernement.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>